L’INDÉPENDANCE DU RADIODIFFUSEUR PUBLIC ISRAÉLIEN MENACÉE ?

L’INDÉPENDANCE DU RADIODIFFUSEUR PUBLIC ISRAÉLIEN MENACÉE ?

Dans une lettre adressée au Premier ministre israëlien, Benjamin Netanyahu, le directeur général de l’UER, Noel Curran, a exprimé sa préoccupation concernant les menaces portant sur l’intégrité et à l’indépendance du radiodiffuseur public national israélien, KAN.

Les récentes remarques du député du Likud et du ministre des Communications, Shlomo Karhi, qui a contesté la liberté de la presse et menacé de fermer les services d’information de la KAN, ont suscité une inquiétude particulière. Dans une interview à la radio , il aurait déclaré : « le public ne devrait pas financer une chaîne en particulier, il ne devrait pas y avoir de radiodiffusion publique ».

Une remise en cause à son adhésion à l’UER et, donc, à sa participation au concours Eurovision

Sans un service d’information opérationnel, la KAN ne respecterait plus son engagement envers une série de programmes en tant que média de service public, mettant cause son éligibilité à l’adhésion à l’UER et sa capacité à participer à des événements majeurs tels que le concours Eurovision de la chanson. 

« Des informations indépendantes font partie intégrante des médias de service public et apportent une contribution essentielle au pluralisme des médias dans les démocraties qui fonctionnent bien…. Gardant à l’esprit l’intérêt premier du public, qui finance directement la KAN, nous espérons que le nouveau gouvernement préservera également l’indépendance de la KAN et lui permettra de continuer à remplir sa mission dans une société démocratique ».

Noel Curran, Directeur général de l’UER

L’UER avait déjà sauvé le service de l’information de KAN en 2019

En 2017, le gouvernement israélien de l’époque avait publié des déclarations montrant son intention de démanteler le service d’information de KAN. Ce projet avait finalement été abandonné lorsque l’UER a insisté pour que le maintien de l’indépendance de l’information soit une condition pour KAN et Israël puisse organiser le Concours Eurovision de la chanson 2019.

« La responsabilité de l’UER est de s’assurer qu’elle soutient tous nos Membres dans leur mission de service public de la meilleure manière possible. Ces évolutions risquent de remettre en cause la capacité de la KAN à respecter ses engagements en tant que membre de notre alliance internationale d’organisations de médias de service public »

Noel Curran, Directeur général de l’UER

Source : UER/EBU

esclopédia logo blanc
1956
Verka Serduchka représente l'Ukraine à l'Eurovision 2007

L’ukraine contourne habilement les règles du concours

L’Ukraine envoie au concours un ovni comme on en trouve uniquement à l’Eurovision. Le travesti Verka Serdushka interprète une chanson «Dancing Lasha Tumbai». Dans le chant, on entend une personne chantant dans un mauvais anglais, avec un accent, qui semble dire «Russia Goodbye».
L’UER demande à l’Ukraine de modifier cette partie mais les paroles n’étant pas écrites, les ukrainiens expliquent que Verka parle dans une langue inconnue et dit «lasha tumbai». Les paroles qui seront communiqées mélangeront l’anglais, l’ukrainien, le russe et l’allemand.
L’UER a laissé passer la chanson ainsi malgré les protestations de la délégation russe.
Le titre finira deuxième de la finale et restera l’un des titres emblématiques du concours.

Crédit photo : AFP PHOTO DDP/ROLAND MAGUNIA

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J'accepte les termes et conditions et Privacy Policy.

error: Copie non autorisée